L’huile essentielle de Rue (en latin Ruta)

La Rue est un arbuste pérenne très aromatique de la famille des rutacées d’environ un mètre de hauteur avec des feuilles ovales de couleur vert grisé qui, par transparence, présentent de nombreux points ou glandes translucides et d’où est extraite son huile essentielle. L’odeur des feuilles tachetées est très désagréable et typique.

Il existe certaines espèces de Rue dans les régions tempérées et subtropicales de la planète. La « Ruta Graveloens » et la « Ruta Chalepensis » sont les plus connues. Ce sont des plantes originaires du milieu méditerranéen et du Moyen-Orient mais, depuis le Moyen-Age, elles se sont acclimatées dans les régions plus froides de l’Europe.

Les Rues sont des plantes médicinales traditionnelles en Europe depuis l’époque gréco-romaine bien qu’actuellement dans la phytothérapie moderne elle a été un peu abandonnée car elle est considérée comme potentiellement toxique. Cependant la « Ruta Graveloens » continue d’être utilisée en homéopathie.

La Rue, plante médicinale

De la « Ruta Graveloens » est obtenue une huile essentielle très riche en Metil Nonil Cetona. La plante entière est antispasmodique mais elle favorise par contre les contractions utérines. Cette plante est traditionnellement utilisée pour favoriser les règles chez les femmes et comme anaphrodisiaque (réduction de l’appétit sexuel) chez les hommes.

La Rue et surtout son huile essentielle est antihelminthique (poison pour les parasites).

L’huile essentielle de Rue est utilisée en friction sur les zones douloureuses des articulations et des muscles bien qu’elle ne soit pas très utilisée en Europe. Par contre, elle est très appréciée en Equateur, au Pérou, en Bolivie, au Chili et en Argentine. Dans ces pays, les gens l’utilisent avec d’autres huiles essentielle comme celles de la Sauge, l’Eucalyptus, de poivre, de romarin et de camomille comme antispasmodique digestif, régulateur de la menstruation et y compris pour les enfants très nerveux. La Rue est une plante abortive et très dangereuse en grande quantité car elle peut provoquer des troubles hépatorénaux.

La Rue, plante toxique à des doses élevées

Las furocoumarines, composés chimiques organiques présents dans l’huile essentielle de Rue peuvent provoquer de graves troubles. Ces composés sont photo toxiques. Ils induisent, par contact avec les feuilles broyées suivi d’une exposition au soleil, une dermatite aigue similaire à une brulure de premier voire second degré. Ensuite, la peau conservera une hyperpigmentation qui pourra durer très longtemps. Cette réaction photo toxique s’accentue avec l’humidité.

Dans le cas d’une ingestion importante, les coumarines sont toxiques pour les reins et le foie et y compris cancérigènes car ils peuvent altérer les acides nucléiques et ainsi causer des dommages dans les molécules de l’ADN.

L’huile essentielle de Rue provoque des contractions et peut provoquer des hémorragies utérines. Les signes d’intoxication par la Rue commencent par des troubles digestifs (douleurs, vomissements, hyper salivation) qui s’accompagnent rapidement de convulsons et d’hypotension. Par la suite, selon la gravité de l’intoxication, il peut y avoir une insuffisance rénale et hépatique. Il n’y a pas d’antidote pour l’intoxication avec de la Rue. L’empoisonnement par la Rue est, en général, volontaire en Amérique du Sud pour provoquer un avortement. Dans de nombreux de pays, cette pratique est interdite. Les femmes enceintes doivent éviter formellement la consommation de Rue car il a été démontré, en laboratoire, qu’elle provoque des malformations fœtales.

Pas de réponse à votre recherche ?
Personnalisez votre question dans le bloc ci-après...
Nous avons plus de
500 articles sur les huiles essentielles !

Termes de recherche de cet article :

Ce contenu a été publié dans (2) HUILES ESSENTIELLES de A à Z, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire